27 janvier 2009

Chuc Mung Nam Moi!

Saïgon, le 27 janvier 2009

Chuc Mung Nam Moi!

Bonne année du bœuf 2009 !

Loin du froid pékinois, j’oublie le chinois pour me plonger dans les inflexions mélodiques du vietnamien, les méandres du delta du Mékong, la chaleur moite, les couleurs chatoyantes, les goûts frais, mentholés et marins, les vagues de dunes et d’océan, les enchevêtrements végétaux, le charivari festif du Têt (roulements de tambours, claquements de cymbales, acrobaties de la danse des lions et du dragon), les rues chaotiques (klaxons assourdissants du tourbillon des motos), l’air marin et les effluves fluviales… Les orteils à l’air et la peau moite, je te souhaite de rencontrer la même chaleur et d’aussi beaux sourires que ceux qui fleurissent sous mes yeux. Je te convie à venir en imagination pour un tour à bicyclette dans les rizières.

T’embrasse humidement, chaudement et transpiramment.

 

Chuc Mung Nam Moi!

Bonne année du bœuf 2009 !

En espérant le retour des vaches grasses…

Nous avons fêté le Nouvel An, ici le Têt, avec des foules incroyables, des tsunamis de motos et un charivari à décorner les bœufs. Feux d’artifice et roulements de tambours endiablés, lâchers de ballons et profusion de pêchers et d’orangers en fleurs, comme des arbres de Noël, acrobaties et gaieté de la danse des lions et dragons sous les yeux émerveillés des gamins. La cuisine, les cafés et les (jus de) fruits sont des délices, la chaleur moite une renaissance après les gels pékinois et les paysages verdoyants et aquatiques un régal… sans parler de la plage, de la mer et du sable !

Un beso chaud et humide.

 

Chuc Mung

Nam

Moi!

Bonne année du bœuf 2009 !

Le soleil et la chaleur moite ne nous ouvrent pas seulement les yeux sur les innombrables nuances du vert (rizières, palmiers, luxuriance junglesque, feuilles de banane…), mais aussi sur l’étourdissement de couleurs de la fête du Têt (lions et dragons, pêchers en fleurs et orangers décorés comme des arbres de Noël, feux d’artifice…). Et les oreilles : pétards et tambours, tourbillon incessant des klaxons des motos, inflexions bizarres du vietnamien… Et les papilles : menthe et coriandre, terre et mer, sauce de poisson et fruits inconnus, café fort et bière légère… Et les narines : sel marin et effluves fluviales, chrysanthèmes et bougainvillées, jungle humide et pots d’échappement…

Un beso tropical.

 

Until you have seen rice fields in all different stages of growth you don’t realize how many shades of green there can be. VISIONARY

VIETNAM

.

 

Posté par lorellou à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Chuc Mung Nam Moi!

Nouveau commentaire