06 mars 2009

Itinéraires parallèles

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:SimSun; panose-1:2 1 6 0 3 1 1 1 1 1; mso-font-alt:宋体; mso-font-charset:134; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 135135232 16 0 262145 0;} @font-face {font-family:"\@SimSun"; panose-1:2 1 6 0 3 1 1 1 1 1; mso-font-charset:134; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 135135232 16 0 262145 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal ... [Lire la suite]
Posté par lorellou à 01:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 mars 2007

Lecture pour Taipei

Zhu Shaolin, La Chanson du Café Triste, Taipei, Jiuge chubanshe, 1996 (6e édition, 2005).朱少麟, 《傷心咖啡店之歌》, 臺北, 九歌出版社, 1996 (2005, 初版6印).On trouve une version intégrale du roman en chinois surhttp://big5.cri.cn/gate/big5/gb.cri.cn/3601/2005/07/08/882@613953.htm Ebauche de traduction. Merci à Sarah, Michel, Zhang Ning, Jeyanthy, Yvan et Lionel pour leurs suggestions et commentaires. Autres remarques bienvenues… Chapitre 1, pp. 1-2.  « Selon les observations des scientifiques, les typhons de l’hémisphère... [Lire la suite]
Posté par lorellou à 21:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 février 2007

Lecture pour Macao

Antoine Volodine, Le port intérieur, Paris, Minuit, 1995. « Derrière la porte, en effet, dans la ruelle qu’une chaleur malodorante écrasait, une vieille femme s’affairait, l’objectif étant d’écouter une cassette d’opéra chinois. Elle avait réparti ses os les plus amples sur un tabouret microscopique qui la haussait à environ dix centimètres du sol. Puis elle manipulait un petit magnétophone bon marché qui lui résistait modérément et qui ensuite se plia à sa volonté, somme toute raisonnable. Gongs et cymbales annonçaient le... [Lire la suite]
Posté par lorellou à 05:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2006

Lecture à Hong Kong

André Malraux, Les conquérants, in Romans, Paris, Pléiade, 1947, rééd. 1960. 5 juillet [1925].9 heures. En rade de Hongkong. « Nous venons de dépasser le phare. Les tentatives de sommeil ont été abandonnées ; hommes et femmes sont sur le pont. Limonades, whisky-sodas. Au ras de l’eau, des lignes d’ampoules électriques dessinent en pointillé lumineux le contour des restaurants chinois. Au-dessus, la masse du rocher fameux, puissante, d’un noir compact à la base, monte en se dégradant dans le ciel, et finit par arrondir au... [Lire la suite]
Posté par lorellou à 04:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2006

Lecture à Canton

André Malraux, Les conquérants, in Romans, Paris, Pléiade, 1947, rééd. 1960. Juillet. [Canton] « Voici la vieille Chine, la Chine sans Européens. Sur une eau jaunâtre, chargée de glaise, le canot avance comme dans un canal, entre deux rangs serrés de sampans semblables à des gondoles grossières avec leur toiture d’osier. A l’avant, des femmes presque toutes âgées cuisinent sur des trépieds, dans une intense odeur de graisse brûlée ; souvent, derrière elles, apparaît un chat, une cage ou un singe enchaîné. Les enfants... [Lire la suite]
Posté par lorellou à 04:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2006

Lecture à Canton

"(...) L'histoire des Conquérants, qui commence en juin 1925, s'articule autour des révoltes à Canton et Hongkong et des actions du jeune Pierre Garine, de Suisse, qui a choisi le camp des Chinois révolutionnaires. Si le livre fit tant impression, cela est dû principalement à la manière dont Malraux a campé le personnage principal: un homme qui n'était ni un nationaliste, ni emporté par des sentiments religieux ou par quoi que ce soit, quelqu'un qui prétendait être totalement apolitique. Sa seule motivation était peut-être une... [Lire la suite]
Posté par lorellou à 01:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2006

Lecture à Shanghai

Wang Anyi, Le Chant des regrets éternels (Chang hen ge, 1995), traduction Yvonne André et Stéphane Lévêque, Picquier, 2006. Pour un observateur qui dominerait Shanghai, le spectacle des longtang est impressionnant. Toile de fond sur laquelle ressortent rues et buildings comme autant de lignes et de points, semblables aux rides du pinceau qui, dans une peinture traditionnelle, suggèrent les ombres, ces ruelles meublent les vides. A la nuit tombante, quand les lumières s'allument, ces points et ces lignes s'éclairent et les... [Lire la suite]
Posté par lorellou à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]