08 décembre 2006

Lecture à Canton

"(...) L'histoire des Conquérants, qui commence en juin 1925, s'articule autour des révoltes à Canton et Hongkong et des actions du jeune Pierre Garine, de Suisse, qui a choisi le camp des Chinois révolutionnaires. Si le livre fit tant impression, cela est dû principalement à la manière dont Malraux a campé le personnage principal: un homme qui n'était ni un nationaliste, ni emporté par des sentiments religieux ou par quoi que ce soit, quelqu'un qui prétendait être totalement apolitique. Sa seule motivation était peut-être une vague peur de vivre. Bien que la vie, d'après Garine, l'alter ego de Malraux, soit complètement absurde et dépourvue de sens, il lutte aux côtés des Chinois opprimés. A l'opposé de ce personnage il y a Borodine, le bonze russe du parti qui désire imposer aux Chinois le modèle communiste soviétique, le terroriste Hong et le pacifiste Tcheng Dai, une sorte de personnage à la Gandhi dont le suicide est l'ultime protestation.
Le manque de moralisme politique et d'optimisme révolutionnaire dans Les Conquérants ne fut pas apprécié partout. Le livre fut interdit tant dans la Russie communiste que dans l'Italie fasciste. Dans une réplique à l'adresse de Trotski, qui trouvait que Garine aurait pu éviter beaucoup de gaffes à Canton s'il avait suivi la bonne ligne de conduite marxiste, Malraux répondit que le livre n'était pas une chronique romancée de la révolution chinoise mais une critique de la condition humaine. Dans son célèbre livre, La condition humaine, publié aux Pays-Bas sous le titre éloquent Het menselijk tekort (la faiblesse humaine), Malraux développa davantage le thème de l'action versus le moralisme/nihilisme (...)."
http://www.kb.nl/bc/koopman/1940-1950/c46-fr.html

Posté par lorellou à 01:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Lecture à Canton

Nouveau commentaire